Le Deal du moment :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four ...
Voir le deal

 

 Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Guilde des Assassins
Race : Elfe
Magie : Polymorphie
Age : 289 ans
Statut : Colporteuse - Indic'
Informations en vrac : • Très joli brin de voix, mais elle chante rarement.
• Son cheval de trait s'appelle Conchúr ("Celui qui aime les chiens")
• Le répertoire de ses métamorphoses comprend deux types de loup, trois races de renards et des dizaines de chiens différents.
• Allergie au fer, quoique moins prononcée que celle à l'argent. Sa tolérance varie en fonction de son état de santé.
• Elle récolte beaucoup de plantes pour faire ses propres infusions.
• Il lui arrive de jouer avec les enfants lorsqu'elle est transformée.
• Les pâtisseries sont un plaisir coupable et secret qu'elle s'autorise de temps en temps en essayant d'ignorer qu'il y a des œufs et du miel dedans.
• Sait s'orienter grâce aux étoiles.
• A très peur de naviguer et craint le moindre voyage en barque ou bateau.

Avis sur la Chasse : Pénible, inutile et compliquée. Pourquoi vouloir tout à coup chasser ce qui existe depuis toujours ? À un niveau plus personnel, voir son peuple se faire prendre en chasse et être elle-même une cible de choix ne l’enchante pas du tout. Elle œuvre, à son échelle, à saper les efforts des autorités humaines.

Style de combat : Fuir ou se dissimuler sont ses principales tactiques. Si le combat est absolument nécessaire, elle préfèrera garder ses distances pour attaquer à l'arc. Peu habile avec une épée, elle préfère les armes longues comme le bâton. Et en dernier recours, elle cherchera à se transformer pour pouvoir mordre et griffer.

Avatar : Tethys
Crédits : Philipp Kruse
Messages : 164
Date d'inscription : 04/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptySam 25 Sep - 22:00

Les cris l'avaient laissée de marbre, trop occupée qu'elle était à s'inquiéter de savoir son secret honteux être éventé. Mais dès lors qu'elle l'entendit délirer à propos de rédemption et de rubans, elle sortit de sa spirale angoissée pour planter son regard dans le sien. Lui suggérait-il de plaider une supposée rédemption pour être épargné ? Personne n'y croirait, on n'avait jamais entendu parler d'un drow capable de revenir à la lumière et encore moins lorsqu'il était né tel quel.
Un sourire amer s'étira sur ses lèvres à l'idée d'avoir Feannag comme "animal de compagnie". Lui passer un collier et lui mettre une laisse comme à un molosse apprivoisé, voilà bien une vision que seul un esprit embrumé par la fièvre pourrait concevoir. Cela dit, elle n'aurait rien contre le fait de mettre quelques rubans dans ces cheveux de jais. Cette matière noire et fluide qu'elle voulait toucher depuis qu'elle avait posé les yeux dessus, comme on ne peut s'empêcher de vouloir caresser la robe brillante d'un kelpie. Allons bon, voilà qu'elle se mettait elle aussi à divaguer ? Absurde.

Alors qu'elle reposait la fiole pour prendre de quoi réduire l'inflammation, Deirdre suspendit son geste. De quoi parlait-il ? Qu'est-ce qu'elle ne devait pas dire qui les arrangerait l'un comme l'autre ? Les hurlements, le bruit de chair se déchirant, la vue de ces petits morceaux de viande sanglants, tout lui revint. Son imagination prit le relais : les regards lourds de jugements, l'inquiétude de ses proches et la désapprobation des autres, les questions, les conclusions hâtives, les reproches. Elle serait à demie coupable, lui le serait doublement. On se mettrait en chasse du corrompu qui glissait ses idées dans la tête des autres pour les faire lentement glisser vers l'abime tandis qu'elle, elle serait cloitrée quelque part en pleine lumière et loin des routes, de sa roulotte, de la Guilde, des histoires qui lui montaient à la tête. Plus le droit de se transformer, puisqu'elle se mettait à agir en prédateur, plus jamais d'occasion de croiser la Nuit, de se risquer à la regarder trop longtemps dans les yeux. Ses si beaux yeux flamboyants. Trop dangereux.
Elle étendit la main avec une vivacité insoupçonnée, lui saisit la gorge, le maintint contre le mur comme on épingle un papillon sur une planche. Frémissante de peur et de colère, de honte peut-être. Ou du plaisir d'être, pour une fois, celle avec assez de force pour s'imposer.

Silence. Je t'interdis d'en parler, tu m'entends ?

L'elfe n'avait pas haussé le ton. Non, en vérité, elle s'était même mise à murmurer tout proche de lui, les lèvres retroussées sur ses dents prêtes à devenir des crocs. Et ses grands yeux noirs, profonds comme une nuit sans lune, qui le fixait sans ciller. Fiévreuse, elle l'était sans doute. Sa poigne se referma un peu plus et elle put sentir la pulsation du sang dans la veine qui se trouvait sous son pouce.

Qui voudrait d'une bête sanguinaire comme animal de compagnie ? C'est une muselière que l'on devrait te mettre, pas des rubans.

Et lui interdire de dispenser son venin comme il le faisait si bien avec elle. Voilà, c'était pour cela qu'il était dangereux ! Même à deux doigts de tourner de l'oeil il trouvait le moyen semer le doute, de la faire passer pour coupable alors que c'était lui le seul responsable. Sans son intervention, elle n'aurait certainement jamais eu l'idée de mettre ses menaces de vengeance à execution, c'était évident. Ce n'était pas dans sa nature de faire cela !
Redressée sur ses genoux, penchée si bien sur lui qu'elle pouvait sentir chacun de ses souffles l'atteindre, elle se sentait prête à étouffer le moindre mot de travers de ses propres mains. Elle n'avait qu'à...
Qu'était-elle en train de faire ?
Qu'espérait-elle à le menacer de la sorte ? Jamais elle n'avait bondi à la gorge de qui que ce soit pour quelques paroles en l'air alors d'où lui venait une telle attitude ?

La peur revint, peur d'elle-même et de ses réactions incompréhensibles, de cette violence qui couvait et que son odieux cousin faisait ressurgir trop aisément. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais ne trouva aucun mot. La poigne s'ouvrit, elle se repoussa en arrière, tombant assise sur le sol de la cellule.

J-Je ne voulais pas...

Un gémissement, plus qu'une excuse. D'abord la morsure, désormais ça. Qu'adviendrait-il le jour où elle se retournerait contre un elfe et non contre un drow ? Deirdre observa ses mains, à la recherche d'un changement de pigmentation ou d'une tache, d'un indice qui trahirait la corruption qui la gangrénait.
La tête lui tournait, le vertige guettait et il faisait un peu trop chaud dans cette prison. Mieux valait qu'elle s'en aille avant d'être tout à fait contaminer. Ne plus le regarder et partir, voilà qui semblait raisonnable. Elle amorça un mouvement pour se lever en espérant que cela ne lui donnerait pas le tournis.
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Tethrach dal'Barra
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Tethrach dal'Barra
Race : Drow
Magie : Evocateur - Antimage
Age : 280
Statut : Zélote de Kilynt’Larn
Informations en vrac : - Quelques tendances kleptomanes, bien qu'il ne voie pas le problème à se servir quand on désire quelque chose.

- Légère claustrophobie. Déteste les milieux souterrains.

- Peut parfois s'égarer dans des fantasmes de violence quand la situation l'inspire, ce qu'il appelle ses "rêveries".

Avis sur la Chasse : Naturelle, nécessaire, jouissive.

Style de combat : Combattant de corps à corps flexible et adaptable, même s'il préfère en général frapper vite et bien. Capable d'une brutalité et d'une violence sans concession.

Dagues et lames courtes ont sa préférence. Rarement plus d'une à la fois. L'efficacité prévalant sur l'encombrement, il apprécie malgré tout, de temps en temps, les assauts de front, et les démonstrations de force.


Crédits : Mara (trouvé sur Pinterest)
Messages : 114
Date d'inscription : 07/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyMar 28 Sep - 19:21

Se relever ? Impossible, désormais. A peine l'a-t-elle libéré de l'étau qui serre sa gorge, à peine s'est-elle rejetée en arrière, honteuse, fuyante - comme le sont les elfes - qu'il a suivi le mouvement. Un élan coulé, si naturel, si évident, qu'il n'y a pas réfléchi. Elle est à terre, et il la surplombe. Il est sur elle.

Les mains sur le sol, de part et d'autre des épaules de Deirdre, oublieux pour un moment de la blessure qui fait trembler son bras. Un genou se cale sur un pli de la robe pâle, comme la patte d'un chat sur l'aile d'une colombe qui voudrait reprendre son essor. A son tour d'être clouée en place. Pas de doigts sur sa gorge cependant, pas d'emprise physique, pas d'étreinte. Son regard suffit.

L'unseelie est furieux.

- Tu ne voulais pas, tendre cousine ? Je crois qu'au contraire, c'est exactement ce que tu cherches."

La fièvre légère et la colère, toujours sourdant par-dessus, donnent à son regard l'éclat violent d'un rubis. Il tord un sourire de loup, et ses cheveux coulent sur ses tempes, vont jusqu'au visage de Deirdre qu'il ne cesse de fixer intensément comme s'il voulait la foudroyer sur place.

- Mets-moi donc ta muselière, puisque je ne mérite que ça. Après tout, ne m'as-tu pas déjà passé une laisse au cou, autrefois ? Barde-moi de chaînes, d'Interdits, laisse-moi croupir dans cette prison, ou tue-moi si tu l'oses, avec ces jolies dents qui ont déjà mordu. Mais par tous les noms cachés du Danseur et de l'Hiver, cesse ce petit jeu."

Ah, elle ne crache pas sur son aide, quand il s'agit d'accomplir ses basses besognes, sa non-semblable ; mais c'est à croire qu'elle préférerait être brûlée à l'argent là où elle se tient plutôt que de l'avouer. En quoi est-ce si difficile ? Ce constat l'horripile, l'enrage. Une nouvelle vague de haine remonte depuis son ventre jusqu'à sa gorge, comme un brasier, comme un volcan. Il en sent les flammes lui lécher les lèvres.

- Tu mens", siffle-t-il. "Tu me mens. Tu mens aux tiens. Tu te mens à toi-même. Ta vie n'est que déni. Ta voix n'a pas tremblé, là en bas, pendant que l'humain suppliait. Sur la lande, j'ai vu tes pieds se peindre de rouge au milieu des cadavres, et là-bas non plus, tu n'as pas frémi. Combien de fois, hm ? Combien d'agents pour régler tes petits tracas pendant que tu détournes commodément la tête ? Sont-ils des miens également ?"

Cette fois, il lui saisit la mâchoire dans une main sévère comme pour l'empêcher de se détourner de lui. En revanche, si son ton est sourd et grondant, sa voix est restée basse, guère propice à alerter d'éventuels surveillants. Y en a-t-il seulement, d'ailleurs ?

- Je ne leur dirai rien. Alors, je t'en prie : assassine-moi, et j'emporterai ce secret dans ma tombe. Je suis désarmé, blessé. Déchire-moi le visage, arrache-moi les os, ou sois fidèle à toi-même : appelle un de tes congénères pour qu'il le fasse à ta place."

Il a un rire très bas, très acide, très amer.

- Et tu maudiras ton geste, ô cousine adorée, parce qu'une fois que je serai mort, il n'y aura plus qu'une personne à blâmer. Et ce sera toi."

Le ton s'adoucit, enveloppe, mais la main reste dure sur le visage de l'elfe.

- Ta façon de te conduire me répugne profondément", murmure-t-il, frôlant ses lèvres des siennes. "Il est temps que cela cesse. Précipiter ma fin, ou m'aider à m'échapper ? Quelle que soit ta décision, Liana Donn, Madadh-Allaidh, pour une fois, pour la première fois peut-être, fais un choix."
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Guilde des Assassins
Race : Elfe
Magie : Polymorphie
Age : 289 ans
Statut : Colporteuse - Indic'
Informations en vrac : • Très joli brin de voix, mais elle chante rarement.
• Son cheval de trait s'appelle Conchúr ("Celui qui aime les chiens")
• Le répertoire de ses métamorphoses comprend deux types de loup, trois races de renards et des dizaines de chiens différents.
• Allergie au fer, quoique moins prononcée que celle à l'argent. Sa tolérance varie en fonction de son état de santé.
• Elle récolte beaucoup de plantes pour faire ses propres infusions.
• Il lui arrive de jouer avec les enfants lorsqu'elle est transformée.
• Les pâtisseries sont un plaisir coupable et secret qu'elle s'autorise de temps en temps en essayant d'ignorer qu'il y a des œufs et du miel dedans.
• Sait s'orienter grâce aux étoiles.
• A très peur de naviguer et craint le moindre voyage en barque ou bateau.

Avis sur la Chasse : Pénible, inutile et compliquée. Pourquoi vouloir tout à coup chasser ce qui existe depuis toujours ? À un niveau plus personnel, voir son peuple se faire prendre en chasse et être elle-même une cible de choix ne l’enchante pas du tout. Elle œuvre, à son échelle, à saper les efforts des autorités humaines.

Style de combat : Fuir ou se dissimuler sont ses principales tactiques. Si le combat est absolument nécessaire, elle préfèrera garder ses distances pour attaquer à l'arc. Peu habile avec une épée, elle préfère les armes longues comme le bâton. Et en dernier recours, elle cherchera à se transformer pour pouvoir mordre et griffer.

Avatar : Tethys
Crédits : Philipp Kruse
Messages : 164
Date d'inscription : 04/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyMar 28 Sep - 23:34

Pas la force de se lever et tout juste le temps d'esquiver la masse noire qui se précipitait vers elle. Si tant est que se laisser tomber en arrière pouvait être considéré comme une esquive. Prise au piège, les bras ramenés contre elle et le regard fuyant, elle n'osa même pas se débattre. L'abime dans lequel elle avait tant regardé et près duquel elle s'était trop longtemps promenée rougeoyait désormais, de hautes flammes en léchant le bord et menaçant de l'avaler. Minuscule et impuissante, voilà ce qu'elle était. Se battre réellement n'avait jamais été dans sa nature, mais cette fois il n'y avait ni fuite, ni cachette à envisager. Elle ne pouvait que fixer avec effroi.
Oh ! Comme elle redoutait qu'il se mette à parler !
Mais il parla, et sans détours, et en choisissant ses mots pour qu'ils soient autant de couteaux avec lesquels il l'épinglait un peu plus au sol.

Tel un boucher sadique, il plantait ses lames invisibles et fouillait ses chairs, ses entrailles, pour en extirper ce qu'il y avait de plus déplaisant et dérangeant. Toutes ces choses honteuses et mauvaises qu'elle avait ravalées pour ne plus y penser, voilà qu'il partait à leur recherche pour les extraire et les exposer en plein jour, encore couverte de sang.
Deirdre ne pouvait que l'écouter, serrer les dents et faire non de la tête dans une tentative bien vaine de repousser ses paroles.
C'était lui le menteur, la menace, le sournois prédateur qui jouait à ses petits jeux malsains ! Elle n'avait rien demandé, jamais. Ni lorsqu'il s'était présenté sur son chemin, ni lorsqu'il avait proposé de danser, ni lorsqu'on l'avait jetée en cage. Jamais. Et l'elfe ne comprenait pas pouvoir malgré tout elle se sentait coupable lorsqu'il parlait de ceux qu'elle envoyait faire le travail à sa place. Savait-il pour la Guilde ? Pour son rôle ? Ou n'était-ce que pure spéculation ?

Non, elle ne voulait pas en entendre plus, elle voulait juste partir et oublier encore une fois ! Détournant le regard, elle tressaillit lorsqu'il lui saisit le visage et se pencha encore plus. Par réflexe, sa proie lui saisit le poignet à deux mains comme pour l'écarter, cependant sa poigne était tremblante et faible.

N-non, c'est faux, couina-t-elle d'une voix à peine audible.

Sa vue s'était brouillée de larmes et un sanglot lui noua rapidement la gorge sans qu'elle ne l'autorise à sortir. Il n'avait pas le droit de la prendre à revers de cette façon, pas après s'être tant réjouis d'avoir tué et torturé, y compris les siens. Il n'avait pas le droit de l'accuser, de lui étaler sur le visage toutes ces choses qui ne pouvaient être acceptées dans ce domaine. Ce n'était pas elle la méchante ! Pas elle !
Ah, ce qu'il était détestable ! Méprisable ! Mesquin !

Deirdre était si petite et si faible face à lui qu'elle en conçu une blessure d'honneur plus grande encore lorsqu'il insinua qu'elle était bien contente qu'il soit dans les parages pour lui remettre toutes les fautes sur le dos. À l'entendre, il n'était qu'une pauvre victime et elle un bourreau sans pitié. Ha !
Mais puisqu'il la poignardait avec autant d'application, elle se devait de faire de même. La politesse avant tout. Se rendant aveugle et sourde pour mieux supporter les plaies mortelles qu'il venait de lui infliger, l'elfe s'empara de l'arme de son adversaire pour la retourner contre lui.

Et toi, mon cher cousin, à quel genre de jeu joues-tu ? Ah, tu me hais et tu me méprises, n'est-ce pas ? Alors pourquoi tant d'efforts pour me relever au sommet de la falaise ?

Sa voix, un peu éraillée, n'était pas plus forte qu'un murmure et pourtant quelque chose de farouche brillait de nouveau dans ses yeux. Derrière la peur et les larmes, battait encore le pouls d'un peu de combattivité. Ce n'était peut-être qu'une fierté blessée, qu'un réflexe de bête acculée et blessée, néanmoins c'était assez pour la faire parler avec assurance.

Tu aurais pu laisser la porte de la cage fermée. Tu aurais pu fuir dans ce couloir sombre sans moi, ou même m'y lâcher et m'y perdre. Tu aurais pu laisser les vagues m'emporter. Me jeter de la falaise. M'abandonner à terre pour que les chiens m'attrapent. Toutes ces occasions de t'enfuir en m'utilisant pour ralentir nos poursuivants et tu n'en as saisi aucune.

L'une des petites mains blanches lâcha sa prise sur le poignet du drow pour aller saisir une mèche sombre et tirer dessus comme elle l'aurait fait avec le col d'une chemise. Il la tenait, elle le tenait en retour. À croire que rien ne pouvait plus les tenir éloignés quand bien même ils s'entredévoraient allègrement.
C'était à qui ferait gicler le plus de sang.

Quelle laisse ? Quels interdits ? Ne me fais pas rire, tu agis de ta propre volonté depuis tout ce temps alors ne t'avise pas de me rendre coupable de tes actes, fit-elle en élevant à peine plus la voix, son débit de parole s'accélérant encore tandis que de grosses larmes roulaient sur ses tempes. Tu n'aimes pas que je te mente ? Très bien, voilà la vérité : je me moque que cet homme soit mort, je me moque que tu aies massacré ces muiridis et je me moque de tous ces gens qui se font tuer chaque fois que l'on me demande de retrouver quelqu'un ! Tu es content ?

Un hoquet la secoua alors que son expression de colère se teintait de détresse à mesure qu'elle vomissait la vérité qu'elle n'avait jamais voulu admettre à voix haute. Et encore moins au sein d'un royaume elfique. Répugnante, elle le serait certainement bien plus aux yeux de ses parents s'ils découvraient son affiliation à la Guilde, alors que lui importait qu'un drow la trouve lamentable ? Son avis ne comptait pas, elle refusait qu'il compte. Puisqu'il voulait la vérité, il en aurait jusqu'à en être malade.

Je ne prends pas de plaisir à voir la mort s'abattre, mais c'est vrai, je m'en fiche qu'elle fauche quelques humains sur mon passage. Je m'en fiche et je me fiche encore plus d'y participer parce que ces gens n'hésiteraient pas une seconde à me pendre, me brûler ou m'écarteler à la seconde où ils découvriraient ma vraie nature. Je me fiche que des humains perdent la vie dix ans trop tôt. Et je me fiche de ce que t-toi tu peux penser ! V-Vas-y, trouve-moi répugnante, je m'en f-fiche ! Parce que tu ne vaux pas mieux que m-moi ! Menteur !

Un autre hoquet lui coupa la parole avant qu'elle ne le ravale avec force, furieuse.

Tu en voulais de mon cadeau, tu l'as pris avec toi en partant. Et tu n'as eu besoin d'aucune promesse pour me sauver. C'est toi qui as commencé à jouer ! Pas moi ! Tu veux que je choisisse ? Alors dis-moi d'abord : pourquoi cela comptait-il tellement de le punir pour quelque chose qu'il m'avait fait subir à moi, une elfe ? Pourquoi ne pas avoir brisé la Promesse pour me dévorer pendant la nuit ? Pourquoi avoir risqué jusqu'à ta vie pour sauver la mienne plusieurs fois ? Pourquoi ne m'achèves-tu pas là, tout de suite, alors que même en étant malade et blessé tu es plus fort que moi ? Pourquoi es-tu prêt à garder ces secrets honteux sans rien demander en échange alors que tu pourrais te satisfaire d'avoir sali irrémédiablement mon nom auprès des miens ? Malgré tous mes travers, je suis toujours elfe, alors pourquoi te donner autant de mal ?

À bout de souffle. Les joues en feu. Soulagée et désespérée à la fois. Son choix était déjà fait, mais cela l'aurait sans doute tuée sur place de l'admettre sans essayer d'entraîner son ennemi dans le gouffre avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Tethrach dal'Barra
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Tethrach dal'Barra
Race : Drow
Magie : Evocateur - Antimage
Age : 280
Statut : Zélote de Kilynt’Larn
Informations en vrac : - Quelques tendances kleptomanes, bien qu'il ne voie pas le problème à se servir quand on désire quelque chose.

- Légère claustrophobie. Déteste les milieux souterrains.

- Peut parfois s'égarer dans des fantasmes de violence quand la situation l'inspire, ce qu'il appelle ses "rêveries".

Avis sur la Chasse : Naturelle, nécessaire, jouissive.

Style de combat : Combattant de corps à corps flexible et adaptable, même s'il préfère en général frapper vite et bien. Capable d'une brutalité et d'une violence sans concession.

Dagues et lames courtes ont sa préférence. Rarement plus d'une à la fois. L'efficacité prévalant sur l'encombrement, il apprécie malgré tout, de temps en temps, les assauts de front, et les démonstrations de force.


Crédits : Mara (trouvé sur Pinterest)
Messages : 114
Date d'inscription : 07/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyMer 29 Sep - 14:08

C'était à prévoir, qu'elle retourne ses arguments contre lui, mais il est solide, lui, il est fidèle à ses valeurs, lui, il n'a rien à se reprocher, lui. N'a pas dévié de sa ligne de conduite, voit clair dans ses propres actes, ne se laisse pas distraire de prétextes fallacieux. Il est un drow : défier, combattre, détruire, c'est dans sa nature. Qu'elle vienne donc le chercher sur ce terrain-là !

Son souffle s'appesantit. La voir en plein tourment, grâce à lui - par sa faute - le réjouit, autant que ce spectacle l'exaspère. Quelle sorte d'éducation ses cousins abhorrés reçoivent-ils, pour avoir autant de mal à faire sortir leurs émotions ? Quelle honte cultivent-ils, pour que les aveux que Deirdre lui crache au visage aient l'air si douloureux ? Mais c'est bien - il est là pour l'aider. Qu'elle s'épanche, qu'elle s'exprime, elle le remerciera plus tard.

Elle se fiche de ceux qui sont morts par sa faute. Elle se fiche des hommes - mieux, elle sait, comme il s'était attaché à lui démontrer tantôt, qu'il vaut mieux qu'ils disparaissent tous avant de menacer la Féerie pour de bon. Il n'est plus question de guerre, mais de survie. Une guerre se fait sur la base de principes et de valeurs opposés, n'est-ce pas exactement ce qui les confronte depuis l'aube des temps, elfes et drows ? Tandis que s'élever contre les humains est une question de survie. Eux ou nous.

Etait-ce si difficile de l'admettre ?
Ah, il est certain que l'idéal de bonté et de générosité en prend un coup, n'est-ce pas, chère cousine ?

Tethrach montre les dents. Il a déjà tourné et retourné ce questionnement dans sa tête, et les accusations que sa non-semblable lui jette pêle-mêle au visage, il se les est déjà infligées. Pour la plupart. Bien sûr que si, il a été forcé de coopérer avec elle. Bien sûr qu'il a obéi aux Vieilles Lois, parce qu'il est profondément traditionaliste - ne vénère-t-il pas une divinité que tous les autres ont préféré rejeter dans l'ombre, alors que ce dieu-là a ouvert la voie des révélations ? Qu'elle ait l'affront de le traiter de menteur, et cela lui glissera sur l'âme sans la blesser. Il ne ment pas. N'est-ce pas ?

Pourtant, à mesure que les sanglots de Deirdre s'affermissent et que sa logorrhée accusatrice se renforce, le sourire féroce qu'il affichait au départ décroît peu à peu. Il aurait pu laisser la cage fermée. Il aurait pu fuir. Non - il avait besoin de diversion, et dans une situation pareille, les alliés opportuns ne sont pas à négliger. Une petite voix lui souffle qu'il aurait été tout aussi opportun de la laisser aux chiens, effectivement, ou de la laisser basculer de la falaise - mais il y avait la promesse de dette, réfute-t-il aussitôt. Il n'aurait pas voulu la gâcher.

La Promesse, et maintenant la dette. Voilà tout ce qui a retenu son bras, à chaque fois. Vraiment ? En valent-elles vraiment la peine ? Pourquoi s'accrocher à l'espoir qu'elle change, quand il a constaté, plus d'une fois, de quelle manière ses habitudes elfiques revenaient au galop sitôt qu'elle osait outrepasser d'une toute petite once ses limites ? C'est une vérité qu'elle lui lance au visage, et il cille. Parce qu'elle a raison. Et parce que sa belle assurance, ses plans sur l'avenir, ses résolutions pâlissent en comparaison des faits.

Elle est seelie. Sa lumière demeure. Cette lumière qui le nargue, irritante et belle, comme un reflet de soleil sur un peigne de nacre.

Pourquoi n'a-t-il pas sacrifié le peigne ?

A la fin de sa longue confession, l'Aes Sidhe peut le découvrir presque aussi essoufflé qu'elle, et presque aussi désemparé, quoique d'une manière plus sourde, plus méfiante, plus gardée. Il s'interroge, palpe avec prudence les frontières de son amoralité.

Il veut répondre. Arguer qu'il ne peut pas la tuer ici et maintenant, et que ce n'est pourtant pas l'envie qui manque - parce qu'il la déteste - mais qu'elle est son seul atout. Qu'il se moque bien de salir le nom de qui que ce soit, ce n'est pas sa façon de faire, c'est indigne de lui, même. Et surtout, surtout....

- ... Parce que j'ai besoin de toi."

C'est haché, âpre. Il aurait bien voulu que cela sonne comme s'il ne voyait en elle qu'un outil bien commode, qu'un pion. Et ce n'est pourtant pas tout à fait le cas. Ca l'agace.

- Je ne sais pas."

A son tour, il attrape une tresse de cheveux bruns, en fait légèrement rouler la texture sous ses doigts, sans tirer. Lianes brunes, peau très pâle, yeux très noirs. Très. Trop. C'est confus.

- J'ai besoin de toi", répète-t-il. Et encore une fois, en faisant rouler la phrase sous sa langue, cherchant à identifier pourquoi l'agencement des mots, pourquoi leur saveur, le dérangent autant. Besoin. Bien sûr. Il a aimé le défi, les jeux, la danse. Le voyage et toutes les très vives émotions qu'il a éveillées chez lui. Même les blessures, même les morsures. Même leur fuite hors de cette prison infâme.

C'est ça, et c'est aussi simple que ça. Il a aimé ça. Il lui en faut encore - d'autres jeux à jouer, d'autres danses à danser... - alors, pour mieux conforter cette impression, il s'abat sur elle, et l'embrasse. Les mains fermées aux joues, comme s'il fallait lui rendre la monnaie de sa pièce, mais sans planter les crocs, bien que son contact soit un peu brut, un peu rude. Il se doute qu'elle ne va pas le laisser faire longtemps, et s'apprête à ajouter une nouvelle morsure au palmarès déjà bien rempli de ses blessures.

C'est ce qu'il veut. C'est ce qu'il est. Brute, meurtrier, voleur peut-être, mais menteur, certainement pas. Il n'y a rien de faux dans ses actes, et ce qu'il désire, ce dont il a besoin, il le prend. Point.
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Guilde des Assassins
Race : Elfe
Magie : Polymorphie
Age : 289 ans
Statut : Colporteuse - Indic'
Informations en vrac : • Très joli brin de voix, mais elle chante rarement.
• Son cheval de trait s'appelle Conchúr ("Celui qui aime les chiens")
• Le répertoire de ses métamorphoses comprend deux types de loup, trois races de renards et des dizaines de chiens différents.
• Allergie au fer, quoique moins prononcée que celle à l'argent. Sa tolérance varie en fonction de son état de santé.
• Elle récolte beaucoup de plantes pour faire ses propres infusions.
• Il lui arrive de jouer avec les enfants lorsqu'elle est transformée.
• Les pâtisseries sont un plaisir coupable et secret qu'elle s'autorise de temps en temps en essayant d'ignorer qu'il y a des œufs et du miel dedans.
• Sait s'orienter grâce aux étoiles.
• A très peur de naviguer et craint le moindre voyage en barque ou bateau.

Avis sur la Chasse : Pénible, inutile et compliquée. Pourquoi vouloir tout à coup chasser ce qui existe depuis toujours ? À un niveau plus personnel, voir son peuple se faire prendre en chasse et être elle-même une cible de choix ne l’enchante pas du tout. Elle œuvre, à son échelle, à saper les efforts des autorités humaines.

Style de combat : Fuir ou se dissimuler sont ses principales tactiques. Si le combat est absolument nécessaire, elle préfèrera garder ses distances pour attaquer à l'arc. Peu habile avec une épée, elle préfère les armes longues comme le bâton. Et en dernier recours, elle cherchera à se transformer pour pouvoir mordre et griffer.

Avatar : Tethys
Crédits : Philipp Kruse
Messages : 164
Date d'inscription : 04/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyMer 29 Sep - 16:40

Elle était donc toujours en vie parce qu'elle était utile. Utile à faire diversion, utile à soigner, utile pour entrer dans le Royaume ou pour en sortir... Juste utile. Comme un outil dont on pouvait avoir besoin, on la préservait pour pouvoir continuer de l'utiliser. Rien d'étonnant, elle ne s'attendait à rien d'autre de la part de son affreux cousin, alors pourquoi l'amertume de la déception se disputait-elle la place avec l'espoir embarrassant de comprendre autre chose dans ces quelques mots ?

L'elfe guetta un signe, un sourire en coin ou un regard assassin qui aurait pu faire pencher la balance et lui apporter quelques certitudes, cependant même Feannag semblait ne pas savoir ce qu'il entendait par là. Aussi perdu, aussi agacé qu'elle. Fallait-il qu'elle se réjouisse de l'avoir amené au bord du précipice avec ses questions, comme elle l'avait souhaité ? S'il n'était pas là pour la rattraper avant de tomber, à quoi pourrait-elle se raccrocher pour se souvenir de ce qu'elle devait et pouvait faire ? S'il n'était plus son repère moral à ne pas franchir, ne risquait-elle pas de se perdre sans le vouloir.
Misère. Voilà qu'elle aussi avait besoin de lui.

Encore une fois souffle contre souffle. À s'agripper fort. Combien de fois depuis le loch, déjà ? Ils trouveraient de bonnes raisons d'expliquer ça, ils avaient chacune une excuse déjà toute prête. Parce qu'il en fallait bien une pour justifier d'Été et Hiver se mêlent avec tant de conviction.
Deirdre tressailli, se tendit, attendit que vienne la douleur. Parce qu'il allait lui en infliger, n'est-ce pas ? Il allait lui rendre comptant tout ce qu'elle lui avait fait, toutes les fois où elle avait planté ses dents dans sa peau. Il suffisait qu'elle ouvre un peu plus la bouche et elle pourrait aller tâter ses crocs du bout de la langue, car lui n'avait pas besoin de se transformer pour en avoir.

À son tour elle lui coupa toute retraite, ses deux mains refermées sur sa nuque, le pressant de céder à cette barbarie qu'il projetait de commettre. Qu'il tente donc de la mordre ! Qu'il la déchire morceau par morceau ! Elle emporterait, elle aussi, sa livre de chair avant de rendre l'âme.
Non, rien ? Alors elle attaquerait la première. Ses dents se refermèrent sur la peau tendre, prêtes à la faire de nouveau éclater et à répandre le sang. L'elfe se souvenait pourtant bien du goût qu'il avait, cela ne faisait que deux jours depuis qu'elle y avait goûté. Ils se trouvèrent figés l'espace d'une seconde, peut-être même les yeux dans les yeux à la recherche de ce qu'il fallait faire ensuite.
Un choix, avait-il dit. Elle devait faire un choix.

Un battement de cil plus tard, la saveur ferrugineuse lui envahissait la bouche et elle profitait qu'il s'écarte pour le repousser tout à fait, s'échappant de sa prise. L'ombre qu'il avait jeté sur elle disparut et elle fut libre de se précipiter vers la porte pour passer de nouveau au travers.
Deirdre se précipita, en dépit de son affaiblissement, sans perdre une seconde. Sur le drow. Elle le heurta toute entière avec force, les envoyant tout deux rouler au sol à nouveau. Mais elle n'attendit pas qu'il la coince et se campa vivement sur lui, profitant que la fièvre l'étourdisse pour le prendre de vitesse.
Le souffle court, l'expression presque choquée en dépit d'avoir pris l'initiative, la féline eut un geste pour essuyer la trace rougeâtre qui lui maquillait la bouche.

Dégoûtant.

Elle fut sur lui avant qu'il ne puisse répondre car elle ne voulait pas entendre ce qu'il avait à dire sur le sujet. Lui ravit ses mots à la source même. Épongea l'hémorragie d'un bref coup de langue, s'écœurant un peu plus au passage. Glissa une main dans cette chevelure couleur de nuit, enfin, sans tirer cette fois. Elle en avait simplement envie, voulait en éprouver la texture et la longueur comme on joue avec la surface d'un liquide courant du bout des doigts.
Le goût du sang gâchait tout. Elle voulait se faire les crocs sur lui sans avoir à sentir cette horrible odeur contre son palais, tester la chaleur et la résistance de la peau sans aller jusqu'à la rompre. Peut-être la plaie serait-elle refermée avant qu'elle ne perde tout son souffle contre lui ?
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Tethrach dal'Barra
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Tethrach dal'Barra
Race : Drow
Magie : Evocateur - Antimage
Age : 280
Statut : Zélote de Kilynt’Larn
Informations en vrac : - Quelques tendances kleptomanes, bien qu'il ne voie pas le problème à se servir quand on désire quelque chose.

- Légère claustrophobie. Déteste les milieux souterrains.

- Peut parfois s'égarer dans des fantasmes de violence quand la situation l'inspire, ce qu'il appelle ses "rêveries".

Avis sur la Chasse : Naturelle, nécessaire, jouissive.

Style de combat : Combattant de corps à corps flexible et adaptable, même s'il préfère en général frapper vite et bien. Capable d'une brutalité et d'une violence sans concession.

Dagues et lames courtes ont sa préférence. Rarement plus d'une à la fois. L'efficacité prévalant sur l'encombrement, il apprécie malgré tout, de temps en temps, les assauts de front, et les démonstrations de force.


Crédits : Mara (trouvé sur Pinterest)
Messages : 114
Date d'inscription : 07/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyDim 3 Oct - 18:27

Fuis, chère non-cousine, fuis tant que tu le peux encore.

Car c'est bien le but de sa manoeuvre, n'est-ce pas ? C'est bien pour cela qu'elle a mordu - une fois de plus - et profité de son sursaut de douleur au moment de se dégager ? Qu'elle parte donc, puisqu'il lui reste assez de lucidité pour deux. Il ébauche un sourire sans joie, et lève une main vers sa bouche, déjà résigné, quand elle s'élance sur lui, petit épervier sur une proie plus grosse que lui.

Mords et frappe, non-cousine, puisque c'est là le langage que tu as choisi.
Prends ce dont tu as besoin.

Ce besoin qu'il ressent quand bien même elle s'en défend, et malgré le dégoût qu'elle affiche, le même qui le fait répondre, lui, de ses lèvres à ses lèvres, de ses yeux aux siens - mais le défi demeure, larvé - et de ses mains à sa taille, étreignant comme celles de l'Aes Sidhe l'ont fait de sa nuque. Elles sont dures, ces paumes-là, faites pour broyer et non pour caresser ; mais puisqu'il ne s'agit ni de l'un ni de l'autre, alors, maintenir suffira. Rude est l'étreinte, autant que la crinière est douce. Une vraie soie liquide glisse entre les doigts de Deirdre, presque insaisissable, presque impalpable, et gorgée des reflets mouvants d'une clarté prisonnière.

Il l'agrippe, l'embrasse. Lui laisse l'initiative avant de la renverser sous lui, pour mieux écraser sous le sien ce petit corps chaud contre la pierre, et sceller leurs bouches à nouveau. Ses cheveux retombent en pluie, se ferment en rideaux. Autour du visage de Liana Donn, l'obscurité, et au secret de l'obscurité, les yeux de son non-semblable, prêts à la crucifier sur place.

Et puis le rideau s'ouvre, et c'est comme de retrouver la lumière du jour après une très longue nuit - comme de trouver la sortie d'une prison souterraine. Plus de baiser, plus de mains féroces, et plus de corps brûlant capturant le sien. Il l'a rejetée loin de lui - ou plutôt s'est écarté comme elle le fit tantôt, et maintient la distance en grondant.

- Dégoûtant, oui."

La fièvre est une piètre excuse, à quoi pensait-il ? Il n'est pas l'un de ces pathétiques sujets de ballades et de complaintes, celles qui célèbrent autant qu'elles mettent en garde contre les amours dangereuses entre Hiver et Eté. Il refuse de s'abaisser à cela, ce désolant archétype, ce lamentable destin de contraires attirés et fracassés l'un par l'autre ! Il s'est promis à des entités bien plus terribles, et à une fatalité plus glorieuse. Ce n'est pas le moment de fléchir.

- Regarde dans quel état tu es. Ne reviens pas me trouver avant que tes propres plaies aient été convenablement léchées."

Ses yeux filent de biais sur le panier ramené par l'elfe, la bête à demi dévorée et les herbes et onguents qui l'accompagnent. Son bras tremble à nouveau.

- De ceci je peux me charger seul."

Péremptoire, il recule, ramasse les affaires à portée de main et la repoussera sans la moindre douceur si jamais elle cherche à l'en empêcher. Quand il se cale de nouveau contre le mur, il a l'impression que son coeur palpite si fort que le mur de pierre derrière en tremble, et son front brillant de sueur témoigne de sa fébrilité.

- Va-t-en !"

Aboie-t-il encore ; et son éclat de voix éveille d'autres sons, plus en avant dans le corridor. Peut-être un garde ou deux, qui se seront interrogés des bruits étouffés qu'ils perçoivent, ou du fait que la visite de leur petite soeur semble s'éterniser.

Il faut espérer que la petite soeur, au menton et au col encore rouges et bruns de sang versé, puisse faire face aux inévitables questions, et trouve une parade à leur opposer.
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Guilde des Assassins
Race : Elfe
Magie : Polymorphie
Age : 289 ans
Statut : Colporteuse - Indic'
Informations en vrac : • Très joli brin de voix, mais elle chante rarement.
• Son cheval de trait s'appelle Conchúr ("Celui qui aime les chiens")
• Le répertoire de ses métamorphoses comprend deux types de loup, trois races de renards et des dizaines de chiens différents.
• Allergie au fer, quoique moins prononcée que celle à l'argent. Sa tolérance varie en fonction de son état de santé.
• Elle récolte beaucoup de plantes pour faire ses propres infusions.
• Il lui arrive de jouer avec les enfants lorsqu'elle est transformée.
• Les pâtisseries sont un plaisir coupable et secret qu'elle s'autorise de temps en temps en essayant d'ignorer qu'il y a des œufs et du miel dedans.
• Sait s'orienter grâce aux étoiles.
• A très peur de naviguer et craint le moindre voyage en barque ou bateau.

Avis sur la Chasse : Pénible, inutile et compliquée. Pourquoi vouloir tout à coup chasser ce qui existe depuis toujours ? À un niveau plus personnel, voir son peuple se faire prendre en chasse et être elle-même une cible de choix ne l’enchante pas du tout. Elle œuvre, à son échelle, à saper les efforts des autorités humaines.

Style de combat : Fuir ou se dissimuler sont ses principales tactiques. Si le combat est absolument nécessaire, elle préfèrera garder ses distances pour attaquer à l'arc. Peu habile avec une épée, elle préfère les armes longues comme le bâton. Et en dernier recours, elle cherchera à se transformer pour pouvoir mordre et griffer.

Avatar : Tethys
Crédits : Philipp Kruse
Messages : 164
Date d'inscription : 04/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyDim 3 Oct - 22:23

Elle se redressa presque aussi brusquement qu'il s'était écarté, non pas pour le retenir mais pour faire face. Pour ne pas simplement demeurer au sol et offerte comme un sacrifice sur un autel. Ils se dévisagèrent un instant, drapés dans leur fureur respective sans pour autant oser ouvrir de nouvelles hostilités. Prit sur le fait par leur propre conscience.
L'elfe souffla un rire sans joie lorsqu'il lui fit remarquer qu'elle ferait mieux de s'occuper de ses propres blessures avant de revenir le voir. Il ne la croyait peut-être pas lorsqu'elle lui disait que personne ne s'inquièterait de le laisser mourir de faim, de soif ou de la fièvre si ce n'était elle. Il n'avait pas tort cela dit, le bandage à sa cheville était de nouveau teinté de sang et tout son corps gémissait de douleur le long du tracé laissé par les chaînes. Sans parler de cette coulée rougeâtre qui lui barbouillait le menton.

Deirdre se remit sur pied rapidement, chancelante, mais refusant de céder au vertige. Le ton agressif du prisonnier la fit tressaillir malgré elle. Il aurait fallu qu'elle lui réplique quelque chose, n'importe quoi de bien senti qui lui rabattrait le caquet. Au lieu de cela, elle rejoignit la porte de la cellule en quelques enjambées pressées, le teint plus pâle encore qu'à son arrivée. Abandonnant tout ce qu'elle avait apportée et sans un regard en arrière, elle prit la fuite avant que cette inconnue qui s'était trouvée dans les bras du drow ne la rattrape. Vite.

Les gardes en poste au bout du couloir l'interpellèrent et s’ensuivit un échange dont seul l'écho chantant parvint jusqu'à la cellule. Quelques minutes plus tard, l'un des deux elfes s'aventura jusqu'à la cage du prisonnier, l'air méprisant. Il ne pipa mot, mais son regard passa de la carcasse au bras bandé, et du bras bandé aux onguents. Puis il se fendit d'une remarque incompréhensible et agacée, tourna les talons et disparut à nouveau, laissant le prisonnier à sa solitude.

Les jours suivants virent s'installer une sorte de routine : Deirdre se faufilait à pas de loup jusqu'à la cellule, s'assurait toujours que le drow dorme ou lui tourne le dos, échangeait les restes de repas ou de bandages contre des nouveaux et repartait aussitôt. Une fois, une seule, elle s'approcha de la silhouette couchée et se pencha au-dessus comme pour l'observer, ses cheveux lui frôlant l'épaule, avant de s'en aller dans un bruissement de tissu. Lapins, mulots, perdrix et poules, les proies étaient variées et il semblait évident qu'elle en chassait certaines sous forme animale. La quantité n'était pas toujours au rendez-vous, cependant il n'y avait pas un jour sans qu'elle n'en apporte au moins une.
Un jour, elle déposa également des vêtements. Il s'agissait ni plus ni moins que de ceux de la Fée Noire, lavés et même reprisés à certains endroits avec un fil rouge. Bien sûr, aucune arme ni aucun document n'avait été laissé à l'intérieur des poches.

Une semaine passa ainsi, puis une deuxième. La féline semblait être bel et bien la seule à s'inquiéter du sort du prisonnier, lui apportant de quoi se soigner, se laver et reconstituer ses forces sans que personne ne l'aide ni ne l'entrave. Et connaissant la nature des elfes, cette situation aurait pu durer éternellement.

Pourtant, cette routine tranquille durant laquelle l'air s'était refroidis et les journées s'étaient faites plus courtes, n'était pas faite pour durer. Ce fut Deirdre elle-même qui y mit un terme, apparaissant devant la porte de la cellule au beau milieu de la nuit. Ni bougie, ni lanterne à la main, les pieds nus et cette même robe vaporeuse qui lui donnait des allures de fantôme dans la pénombre. En revanche, sa gorge n'était plus ceinte de bandages et laissait apparaître la peau où subsistait le dessin des maillons qui l'avait cruellement embrassée. Une cicatrice qui ne disparaîtrait pas avant la fin de l'hiver.

Debout, Feannag. Il faut partir.

Sa voix, bien qu'étant à peine plus forte qu'un murmure, n'avait plus rien de faible ou d'érayé. C'était un ordre qu'elle lui donnait, avec toute l'assurance de celle qui avait pansé ses plaies et fait un choix.
Sans attendre qu'il ne lui réponde, elle introduisit quelque chose dans la serrure de la porte et après quelques cliquetis, le bruit caractéristique d'un loquet qui s'ouvre se fit entendre. L'elfe tira alors la porte en grand, ouvrant le passage vers la sortie.

Assez de cages pour toi, mo mhadadh-allaidh. Dépêche-toi, lui commanda-t-elle en s'éloignant déjà, la légèreté et la souplesse de sa démarche toutes retrouvées. N'avais-tu pas des affaires urgentes à régler loin du Royaume Caché ?
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Tethrach dal'Barra
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Tethrach dal'Barra
Race : Drow
Magie : Evocateur - Antimage
Age : 280
Statut : Zélote de Kilynt’Larn
Informations en vrac : - Quelques tendances kleptomanes, bien qu'il ne voie pas le problème à se servir quand on désire quelque chose.

- Légère claustrophobie. Déteste les milieux souterrains.

- Peut parfois s'égarer dans des fantasmes de violence quand la situation l'inspire, ce qu'il appelle ses "rêveries".

Avis sur la Chasse : Naturelle, nécessaire, jouissive.

Style de combat : Combattant de corps à corps flexible et adaptable, même s'il préfère en général frapper vite et bien. Capable d'une brutalité et d'une violence sans concession.

Dagues et lames courtes ont sa préférence. Rarement plus d'une à la fois. L'efficacité prévalant sur l'encombrement, il apprécie malgré tout, de temps en temps, les assauts de front, et les démonstrations de force.


Crédits : Mara (trouvé sur Pinterest)
Messages : 114
Date d'inscription : 07/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyMar 12 Oct - 20:59

C'est comme un jeu étrange qui s'installe entre eux. Un jeu de dupes. Il faut que le temps lave leurs malaises, chasse les hésitations, remette chaque chose à sa place. En l'occurrence, elle geôlière, lui prisonnier. Et rien d'autre que la dynamique déséquilibrée, incomplice, de ces deux statuts.

Il se laisse nourrir, soigner, laver. Entre dans la fable, parce qu'elle l'arrange aussi, et parce qu'il sait qu'ils ne sont pas passés loin de la catastrophe, cette fois encore. Il se barricade, se scelle dans un mutisme hostile de bête en cage - ce qu'il est, ce que les elfes veulent qu'il soit, et ce qui lui convient, aussi, parce qu'il peut décourager d'un grondement ou d'un regard meurtrier toute visite impromptue, toute présence indésirée.

Plus d'une fois il songe à congédier sa non-cousine ainsi, sans jamais s'y résigner. Il laisse faire. Il patiente. Il attend. Et tout son être vibre de soif de liberté rien qu'à imaginer les neiges s'amoncelant au sommet des pics noirs, là où traînent les cheveux de la Cailleach.

Bientôt, bientôt, il en retrouvera le chemin, soit que les elfes le libèrent de guerre lasse, soit qu'ils l'exécutent - et son esprit sera libre alors de séjourner en Hiver pour l'éternité.

Il attend, même si sa cellule se peuple ça et là d'entailles discrètes, expression d'une rage frustrée, de sa mélancolie des grands espaces, ou vaine tentative pour défaire les maillons enchantés qui l'empêchent de quitter sa prison. Il a beaucoup gratté, au début, la pierre et le lierre ; et même la vieille magie est éraflée ça et là, comme une toile épaisse malmenée par les griffes d'un chat. Insuffisant à la déchirer assez. Il n'est pas venu suffisamment équipé pour ça.

Et les jours passent, et l'hiver monte. Dehors, les glaciers doivent chanter et changer sous la caresse des vents, les branches se peupler de stalactites d'eau pétrifiée, et toute la Cour Sombre festoyer dans les ruines de ses propres carnages. Toutes ces fêtes auxquelles il n'est pas convié d'ordinaire lui manquent aujourd'hui. Est-ce la punition que les elfes ont choisi ? L'obliger à passer toute la saison, toute la bonne saison, loin de ses terres et loin des siens, loin y compris de lui-même et de sa nature profonde, jusqu'à ce que les premiers bourgeons se remettent à frémir et les collines pleurer dans le dégel ? Cette pensée l'angoisse plus que tout.

Mais il ne posera pas la question. Il restera fier, trop fier jusqu'au bout, pour interroger la cousine lors de ses visites - même lorsqu'il la sentira penchée sur la frange de son sommeil, proche à l'épier dormir. Il feindra de rien. Un autre secret, entre eux gardé.

Quand vient la délivrance, il n'en est même pas étonné. Il se blâmera plus tard - d'avoir simplement attendu tout du long sans chercher activement à provoquer son évasion, comme si la complicité de Deirdre était restée une évidence. Elle appelle, et il est déjà vêtu, déjà debout. Elle ouvre la porte, et il passe à côté d'elle comme une ombre, sans un regard. Tout en lui bouillonne de force et d'envie, mais cette fois, ce n'est pas l'elfe qui en est la cible. C'est le grand dehors, l'air sauvage et libre, la liberté à portée de main.

- Oui. Il est plus que temps."

C'est pourtant sa main à elle qu'il saisit, au passage et sans y penser. Il la tire à sa suite, traverse le corridor. Son pas ne fait aucun bruit : toute sa personne se mêle à la nuit, des cheveux jusqu'aux pieds, qu'il a gardés nus.

Les protections du Royaume Sylvestres sont puissantes évidemment, mais elles sont semblables aux fleurs : sans lumière et sans chaleur, elles s'économisent, se tournent vers l'intérieur. Il y a peu de patrouilles, et les foyers ensorcelés se concentrent vers le coeur de la cité, délaissant les bordures. A moins que Liana Donn elle-même cherche à donner l'alerte, retrouver la frontière sera pour lui presque un jeu d'enfant. Et elle ne l'a pas entretenu tout ce temps pour le trahir maintenant, si ?

Dans tous les cas, qu'elle le veuille ou non, elle l'accompagnera dans sa fuite vers la frontière. Complice si elle y tient, garante parce qu'il le veut, otage s'il le faut. Par chance, ils évitent toute situation dangereuse et toute rencontre qui aurait pu les forcer à recourir à cette dernière option.

L'Unseelie fuit le Royaume Caché. L'Unseelie ne verra pas le Royaume Caché, ne volera aucun peigne nacré, ne se mirera dans aucun des miroirs au cadre liseré de feuilles, ne boira dans aucune coupe de palissandre les nectars subtils de la Féerie Blanche. L'Unseelie ne mettra pas feu au Royaume Caché.

Ce n'est que partie remise.

Sur le seuil trouble entre Royaume et forêt, il s'arrête et se retourne. Première fois, depuis leur confrontation, que la non-cousine doit affronter le regard de son loup en cage. Et c'est un regard étrange ; un peu cruel, un peu furieux, un peu reconnaissant.

Un peu tendre, presque.

- Ta dette, Madadh Allaidh. Tu n'as pas oublié, n'est-ce pas ?"

Un pied au-dehors, il est déjà à moitié parti, enveloppé par l'ombre amoureuse et le froid hivernal - qui l'est tout autant.

- Voici le prix qu'il te faudra payer."

Sa voix s'échappe en buée, traverse l'air, paraît ne pas lui appartenir tout à fait. Lui ne déplore aucune blessure à la gorge, mais il y a longtemps qu'il n'a pas parlé.

- Une vie pour une vie, estimée cousine. Avant la fin de l'hiver, tu enverras un des tiens sur la bordure nord du marécage, près des tourbières où coassent les guenaudes. Tu lui diras où aller, mais il ne doit pas savoir pourquoi. Je viendrai à lui, et j'en disposerai à mon gré."

Si terrible soit la sentence, il y a là plus de douceur que de sarcasme. Quelque chose comme de la fatalité.

- Pour toi, j'ai retenu la main de l'Hiver une fois, mais c'est une dîme qu'il faut payer. Une vie pour une vie. Et je ne souhaite pas que ce soit la tienne qu'il finisse par réclamer."
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t111-tethrach-dal-barra-s
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Contacts
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Deirdre Tuatha Dé Sælig
Guilde des Assassins
Race : Elfe
Magie : Polymorphie
Age : 289 ans
Statut : Colporteuse - Indic'
Informations en vrac : • Très joli brin de voix, mais elle chante rarement.
• Son cheval de trait s'appelle Conchúr ("Celui qui aime les chiens")
• Le répertoire de ses métamorphoses comprend deux types de loup, trois races de renards et des dizaines de chiens différents.
• Allergie au fer, quoique moins prononcée que celle à l'argent. Sa tolérance varie en fonction de son état de santé.
• Elle récolte beaucoup de plantes pour faire ses propres infusions.
• Il lui arrive de jouer avec les enfants lorsqu'elle est transformée.
• Les pâtisseries sont un plaisir coupable et secret qu'elle s'autorise de temps en temps en essayant d'ignorer qu'il y a des œufs et du miel dedans.
• Sait s'orienter grâce aux étoiles.
• A très peur de naviguer et craint le moindre voyage en barque ou bateau.

Avis sur la Chasse : Pénible, inutile et compliquée. Pourquoi vouloir tout à coup chasser ce qui existe depuis toujours ? À un niveau plus personnel, voir son peuple se faire prendre en chasse et être elle-même une cible de choix ne l’enchante pas du tout. Elle œuvre, à son échelle, à saper les efforts des autorités humaines.

Style de combat : Fuir ou se dissimuler sont ses principales tactiques. Si le combat est absolument nécessaire, elle préfèrera garder ses distances pour attaquer à l'arc. Peu habile avec une épée, elle préfère les armes longues comme le bâton. Et en dernier recours, elle cherchera à se transformer pour pouvoir mordre et griffer.

Avatar : Tethys
Crédits : Philipp Kruse
Messages : 164
Date d'inscription : 04/09/2021

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 EmptyJeu 14 Oct - 15:25

Ils s'étaient appliqués à garder leur rôle, chacun du bon côté des barreaux. Si bien qu'ils y avaient sans doute cru les premiers, réconfortés à l'idée que jamais rien ne pourrait les rapprocher vraiment, que cette trêve dans le château n'avait été dictée que par la survie. La nature les avait, semblait-il, doté l'un et l'autre d'un formidable talent d'illusionniste et ils étaient capable de s'aveugler eux-mêmes. Talent qui rencontrait cependant quelques limites lorsqu'il n'y avait plus ni porte ni barreaux entre eux.
Deirdre ne lui avait pas lâché la main un seul instant, le forçant parfois à ralentir lorsque leur fuite croisait le sentier d'une patrouille et le tirant de temps à autre dans une autre direction pour faire un détour qu'elle considérait comme plus prudent. Et le reste du temps, elle se contentait d'être son ombre et de suivre le rythme, d'un pas léger et silencieux.

Mais l'hiver s'était éveillé et les premières neiges n'allaient pas tarder à recouvrir la lande et la forêt, forçant le Peuple de l'Été à se retirer dans ses abris. Lorsqu'ils parvinrent à la frontière immatérielle du Domaine Vert, l'elfe grelottait et ses doigts semblaient aussi froids que la pierre. Elle le laissa avancer encore, demeurant pour sa part les deux pieds en territoire elfique.
Les grands espaces de la lande l'appelaient, elle aussi, même en plein cœur de l'hiver. Elle savait le bonheur de se réveiller et de découvrir que le paysage n'était plus qu'un immense manteau blanc, elle goûtait au plaisir de faire un feu et de se rouler dans une couverture, d'écouter le souffle ténu et ensommeillé de la nature et elle avait connu son lot de tempêtes glaciales, terrifiantes et magnifiques. Néanmoins, elle ne suivrait pas l'exemple du drow en cage et demeurerait dans sa tanière jusqu'au printemps. Trois raisons à cela : le froid, la Chasse et Lui. Elle avait pris assez de risques pour saison entière.

Je n'ai pas oublié.

Elle n'avait pas tout à fait formulé de promesse, cependant il était toujours préférable de s'acquitter de ses dettes. En particulier envers un autre membre de la féérie.
La demande qu'il formula ne sembla ni la troubler, ni l'étonner. Elle se garda de tout commentaire, le fixant droit dans les yeux pour un moment.
Son cousin voulait un sacrifice, une vie à prendre puisqu'il avait privé l'Hiver d'une victoire facile. Aussi cruelle que soit la demande, elle était parfaitement logique. Sauveur, puis bourreau, et il fallait que ce soit quelqu'un d'autre que celle qu'il avait sauvée. Si cette dernière condition surpris la métamorphe, elle n'en laissa rien paraître.

Enfin, elle lui lâcha la main pour la poser contre son torse et lui donner cette petite impulsion dont il n'avait pas besoin pour sortir des limites du Royaume. Droit vers la liberté. Sans le quitter de ses grands yeux noirs, plus semblable à la biche qu'à la louve.

Vas. Cette fois je te regarde partir.

Le voile d'illusion retomba alors doucement sur Deirdre tandis qu'elle reculait d'un pas, faisant ondoyer l'air froid entre eux, la noyant dans un étrange brouillard jusqu'à la faire disparaître. Qu'elle soit effectivement restée là pour l'observer ou qu'elle ait tourné les talons immédiatement, seuls les habitants du Domaine de l'Été auraient pu le savoir. Aux yeux de tous ceux hors des frontières, seule la forêt épaisse et sombre se dressait là, silencieuse.
Car c'est ainsi que se referment les portes du Royaume pour qui n'y est plus Invité.

[FIN DU RP]
Revenir en haut Aller en bas
https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t95-deirdre-tuatha-de-sae https://corvuscorax-rpg.forumactif.com/t116-deirdre-tuatha-de-saelig-light-and-wind-and-mist
Contacts
❝ Contenu sponsorisé ❞

Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty
Message # Re: Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé  Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Beast ann an cèidse - Tethrach | Terminé
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Sealg Fliuch - Deirdre | Terminé
» Tethrach dal'Barra | 'S mór do mhulad, 's mór
» Good Riddance |Tethrach
»  Aig geataichean a ’cheò [Tethrach]
» Hear, o gods, my deseperate plea. |Tethrach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corvus Corax RPG :: Highlands, Ecosse :: Reliefs :: Montagnes et Grottes-
Sauter vers: